Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

Reportage, L’événement l’Île en Blues 2012, samedi 18 août.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Samedi le 18, la programmation commençait avec le volet Révélation Blues qui consiste à offrir à des musiciens non professionnels une participation à un spectacle blues accompagnés de Martin Plamondon et son groupe. De Fats Domino à Mustang Sally en passant par des compositions originales, nous avons entendu de très belles prestations, autant au chant qu’aux instruments variés. Le programme était chargé, plus de 20 participants se sont inscrits, Martin Plamondon a fait travail énorme à coordonner le tout et ses musiciens l’ont bien épaulé. Pendant près de 3 heures, chacun a pu s’exprimer et faire l’expérience de se produire devant public. Bravo à tout le monde! (photos et liste de noms ici)

Hexagone Blues Band a ensuite pris toute la scène, un big band, comprenant 7 musiciens. Daniel Garant à la guitare a une très belle énergie, il est expressif sur scène et excellent guitariste avec un beau timbre de voix. La section cuivre est solide, Jacques Lepage au trombone, Georges Roy au sax et Michel Pépin à la trompette et harmonica mettent la bonne humeur et le bon beat blues sur la scène et dans la foule. J’ai beaucoup aimé les arrangements cuivres guitare, j’ai trouvé leurs échanges très mélodiques. Pierre Denis à la batterie, Michel Frigault à la basse et Serge Perreault à la B3 complètent ce band bien rodé. Nous avons entendu une belle sélection de pièces, du Roomful of Blues, du Colin James, Stop!, une chanson reprise par Bonamassa et Sam Brown, interprétée par Serge Perreault, River of Tears de Clapton et en rappel, So Many Roads de Bonamassa. Le spectacle a été une belle réussite et a soulevé l’enthousiasme de la foule.

Bottle Rocket Playboys avec Craig Miller et Pat Loiselle étaient à l’affiche et ils nous ont donné un autre beau moment de blues en ce début de soirée avec Carl Rufh à la basse et Jeff Boyle à la batterie. Celui-ci remplaçait John McColgan que nous avions vu au spectacle bénéfice de l’automne dernier à St-Pierre. Nous avons entendu de très belles pièces comme My Soul de Clifton Chenier,  Have Mercy, qui date d’un des premiers disques des Rolling Stones avec un beau trio des voix de Loiselle, Miller et Rufh. On the Road Again, très réussie, Trouble in Mind, touchante, qui a commencé avec l’harmonica et la guitare seules, puis, tout doucement la basse et la batterie se sont ajoutées. De beaux solos de guitare et d’harmonica ont ponctué le spectacle que j’ai beaucoup aimé et qui s’est terminé par un trio d’harmonica avec martin Plamondon, Pat Loiselle et Craig Miller.

Le spectacle suivant a été un des plus acclamés du festival. Le trio de John McGale Blues Force, Robby Bolduc à la basse et Michel Landry à la batterie s’était adjoint un phénomène, Michel Chasle à la B3 dont nous avions vu les prouesses la veille et  il a gardé son rythme incroyable, ses pieds ne touchent presque jamais le sol et la B3 est sur 2 pattes assez souvent, ce qui ne l’empêche pas de rendre un son magnifique sous la gouverne de Chasle. J’avais déjà un coup de coeur pour le trio que j’avais vu à la Casbah et le quatuor m’a fait vibrer ainsi que la foule massée sous le chapiteau et à l’extérieur. Quelques chansons à la guitare acoustique pour débuter, dont That’s Allright où on a vu un beau solo de basse, puis, changement de guitare, changement de beat, le rock ‘n roll, la slide et le blues rock ont fait lever les danseurs pour la suite du party. Rock Me Baby puis Red House bien douce au début, jusqu’au silence presque total sur la scène et qui explose ensuite de toutes parts. Nous avons aussi entendu She’s a Real Cowboy, une chanson composée pour Shania Twain qui vient de la même ville que McGale. L’expression « les baguettes en l’air » s’applique bien, musicalement parlant, à Michel Landry qui les lance à des hauteurs impressionnantes en jouant, tout en gardant le beat. Robby Bolduc chante aussi quelques pièces du spectacle et son jeu est dynamique à la basse. Et,  le talentueux John McGale, toujours souriant et pince sans rire, s’amuse en nous offrant un spectacle de qualité.

Le spectacle de clôture était présenté par Ross Neilsen qui arrivait du Nouveau-Brunswick, une demi-journée de route, pour venir nous offrir son bon blues rock. Karl Gans et Young Will Pacey sont à la batterie et à la basse. J’ai beaucoup décrit leurs spectacles, toujours énergisants, comprenant en majorité du matériel original et la partie que j’ai vue l’était tout autant. Malheureusement, comme dans notre enthousiasme nous avions demandé des rappels à tous les bands et que l’horaire de la programmation en a été retardée, il était vraiment tard, beaucoup trop  pour que je puisse rester jusqu’à la fin mais je suis repartie avec de beaux souvenirs blues,  comme toujours en quittant l’Île et ses gens de party.

Encore bravo à l’équipe de l’Événement l’Île en Blues et à tous les musiciens, ce fut un beau retour pour 2012!

22 août 2012 - Posted by | blues, festivals 2012, reportages | , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires »

  1. Merci Céline pour ces beaux reportages c’est très apprécié XX

    J'aime

    Commentaire par Hélène | 25 août 2012 | Réponse

    • Bienvenue Hélène! merci pour le blues!

      J'aime

      Commentaire par tatieblues | 25 août 2012 | Réponse


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s