Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

reportage J.P. Soars and the Red Hots au pub Limoilou le 13 avril 2016.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J.P. SoarsMerci à Pierre Ménard pour les magnifiques photos.

Difficile, voire impossible de trouver un seul défaut au spectacle à guichets fermés de J.P. Soars au pub Limoilou le 13 avril, nous avons profité d’un spectacle de qualité hautement professionnelle livré avec talent et chaleur. J.P. Soars nous a avisé en début de spectacle qu’il allait changer notre mercredi en samedi soir et il nous a offert une variété de blues dans plusieurs styles, du swamp blues au latino, du New Orleans au shufle, au boogie et au funky, jamais monotone, toujours intriguant, toujours énergique, un « samedi soir » mémorable!

Le jeune Steve Laudicina qui s’est joint au groupe en 2014 apporte sa couleur à la guitare avec un son plus métallique qui contraste avec les guitares semi acoustiques de Soars. Ils forment une superbe équipe, les deux musiciens se relancent ou encore ils  jouent chaque note de concert puis font leur solo à tour de rôle, la cohésion du duo est remarquable, les montées dramatiques nous emballent et le groupe à vraiment la « touch » pour nous en faire voir de toutes les couleurs dans ce domaine.

Chris Peet, quel bon batteur que je qualifierais de « délicat » dans le sens d’intuitif, qui ne cogne pas à tort et à travers. Toujours souriant, il semble le boute en train du groupe et ne se prive pas pour frapper les musiciens à sa portée de quelques coupes de baguettes sans perdre le rythme pour autant.

Un nouveau venu qui en est à sa deuxième année avec le band, le chaleureux Charles Gasper est à la basse, il possède un rythme contagieux et un jeu élaboré.

J.P. Soars dégage une belle énergie calme et il est un maître de la guitare au jeu fascinant. Autant sur ses guitares que sur sa cigar box, le jeu est complexe et on se trouve absorbé par la magie des notes. Mike Deway a accompagné le groupe pour un trio de guitare tout à fait réussi et, après un généreux 3 heures de spectacle, l’entrainant rappel intitulé We Gotta Go Now We Cant Stay Too Long a marqué la fin de cette belle soirée.

Advertisements

14 avril 2016 - Posted by | blues, communiqués, reportages | , , , ,

2 commentaires »

  1. j’ai raté le 1er set, mais le 2e a amplement suffi à me combler de bonheur! Un bonheur partagé, de toute évidence !

    J'aime

    Commentaire par Michel Dubois | 15 avril 2016 | Répondre

    • tout à fait, Michel!

      J'aime

      Commentaire par tatieblues | 15 avril 2016 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s