Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

Festivals de blues 2019 au Québec

Si vous sillonnez les routes du Québec cet été, assurez-vous d’avoir retenu en date les festivals de Blues qui s’offrent à vous durant cette période. Des artistes internationaux, de haut calibre provenant de partout sur la planète ainsi que nos meilleurs bluesmans canadiens et québécois vous présentent le meilleur du Blues. En voici quelques-uns..

lire l’article de Nathalie Leblond…

17 juin 2019 Posted by | blues, communiqués, festivals 2019 | , , , | Laisser un commentaire

Reportage de Nathalie Leblond, Kashmir à Trois-Rivières le 13 mai 2017.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

texte Nathalie Leblond, photos: Jean-François Desputeaux

Hommage à Led Zeppelin
Vendredi soir dernier 13 mai avait lieu dans le magnifique Amphithéâtre Cogéco de Trois-Rivières, une soirée souvenir en hommage au légendaire groupe Led Zepppelin par le groupe de Montréal Kashmir.
D’entrée de jeu, c’est la récente formation trifluvienne Sortilège Blues Band qui en sont qu’à leur deuxième prestation ensemble qui ont assuré la première partie.De Colin James, Hendrix, Cream et plusieurs autres, ils voyagent dans le temps. Avec un professionnalisme, une assurance et bien rythmé, ces passionnés de Blues nous ont littéralement fait lever de notre siège, nous avons festoyé comme il se doit. Ne pouvant quitter sans une petite dernière… Look at litlle sister de SRV, la foule est survoltée. Dès 20h00, la salle était bondée et vous vous êtes donné à  cœur  joie pour nous épater. Tout le monde est emballé de votre prestation !

Hommage oui oui encore un hommage, Mais WOW…Depuis 15 ans, le groupe Kashmir le produit avec justesse. Du Led Zeppelin à l’état pur ! De leur naturel, Bruno Sévigny et Thierry Voisin ont un petit quelque chose d’assez frappant de Plant et Page. Les gestes, la mimique, le talent et le vocal …wow,puissante voix comme celle de Plant. Ils ont joué tous les hits, Rock n ‘roll, Bring it on home, The lemon song, Nobody’s fault but mine, Since i’ve been loving you, No quarter, Immigrant song… Ils sont solide, l’audience est captive et nous avons les mots de la fin de cette mélodie que l’on connaît tous… Alors, tous en chœur And she’s buying a stairway to heaven. Frissonnant à souhait ! Leur batteur Alain Lacaille s’en donne à cœur joie durant Mobidick Thierry le guitariste en rajoute avec son solo d’archet dans Dazed and confused. Le bassiste Martin Robert tient le rythme en alternance avec sa basse et le clavier. Going to California dans la belle ambiance feutrée du Cabaret du théâtre Cogéco nous transporte dans les années 70… Que de beaux souvenirs qui refont surface. Ils sont indéniablement la réincarnation de Led Zeppelin! On ne peut rester insensible à tant de talent !  Histoire de nous transporter ailleurs et nous faire vibrer, ils nous livre Whole Lotta love  qui vient rajouter crie et joie à ce spectacle. Que ça fait du bien de se souvenir et partager… Merci Bruno alias Robert Plant pour nous avoir fait vibrer, tu incarne avec beaucoup authenticité cette icône du rock!

Cette soirée n’aurait pas eu lieu sans le dévouement, la passion de Michel Chevalier, l’excellent batteur du SBB (1ere partie) qui martèle à merveille ses tambours. Merci Michel, la musique, c’est unificateur et festif. Tu nous as fait vivre une super belle soirée ! À la prochaine, gang !

Nathalie Leblond pour TatieBlues

Crédit photo Jean François Desputeaux

19 mai 2017 Posted by | communiqués, musique, rock | , , , , , , , | Laisser un commentaire

• Reportage Jordan Officer au Petit Champlain le 26 janvier 2017.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

jordan-officerTexte Nathalie Leblond, photos Josée Tremblay, merci à vous deux, magnifiques texte et photos!

Céline
___________________________

Jordan Officer

Ce 26 janvier 2017, c’est dans le décor féerique de la rue Petit Champlain au théâtre du même nom que se produit Jordan Officer. La salle est pleine, en attente de découvrir ou redécouvrir ce virtuose de la guitare.

Décor sobre, éclairage feutré sans artifices. Timide et souriant, il entre sur scène seul pour quelques instants, histoire de promouvoir son talent. Il nous présente Blue Skies son dernier album. C’est différent, Western swing, blues, Delta Blues le tout à connotation jazz, c’est diversifié et plaisant à entendre. Nous sommes conviés à une soirée particulière où  on se sent transportés au début du siècle jusqu’à la fin des années 60 avec des chansons revisitées comme Got you on my mind, Takin’off, Blue Skies (Tom Wait) I’m all alone (Bob Wills) et plusieurs autres, accompagnées d’anecdotes racontées par Jordan. Tout ce qui l’a séduit, motivé et transmis, il nous le redonne sur scène. Depuis ses tous débuts avec le Stephen Barry Band et par la suite avec Suzie Arioli, il a pris de l’assurance. Il se permet des duels avec son batteur Alain Berger et de son bassiste Serge Raynolds qui troque sa basse pour la contrebasse ou la guitare acoustique. Ils ont aussi de magnifiques voix qui accompagnent Officer pour ce voyage dans le temps.

Les gens sont captifs devant ce déferlement de notes, d’accords et de jeux manuels. Il excelle dans son domaine, son passage dans le jazz est tangible. Il étire et improvise abondamment. Tout en finesse, il maîtrise son instrument avec subtilité.  Parcourant le Québec, Les États-Unis et l’Europe, il ne laisse personne indifférent à son talent. Il joue à guichet fermé à plusieurs reprises au Festival de jazz de Montréal. En 2010, il est couronné au Félix pour l’Album de l’année Jazz création ainsi qu’une nomination à l’ADISQ en 2014 à titre du Spectacle de l’année Anglophone.  Il possède une voix sobre, juste et calme. Jordan Officer est différent, original et talentueux.  Un nom à retenir et surtout à mettre à vos agendas !

Le Théâtre le Petit Champlain a ré ouvert en octobre dernier  après s’être refait une beauté à plus de 1,8 million avec une programmation dont certains spectacles affichent déjà complet. Le volet Blues attend prochainement Angel Forrest, Dawn Taylor Watson, Victor Wainwright et Guy Bélanger pour consulter la programmation complète, visitez leur site internet.

Nathalie Leblond pour TatieBlues

Crédit photos Josée Tremblay

http://www.jordanofficer.com/

 http://www.theatrepetitchamplain.com/spectacles

30 janvier 2017 Posted by | blues, communiqués, reportages | , , , , , | Laisser un commentaire

• Salut Bob! hommage à Bob Walsh le 19 janvier 2017 au Petit-Champlain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

sans-titre

Texte Nathalie Leblond, Photos Jean-François Desputeaux, merci à vous deux, magnifiques texte et photos!

Céline

__________________________________

C’est au Théâtre Petit Champlain ce 19 janvier 2017 que nous étions conviés à une belle célébration musicale pour saluer le charismatique et regretté Bob Walsh décédé l’automne dernier. Tous ses proches, camarades et amis qui constituaient sa famille blues de Québec étaient sur scène pour honorer son parcours musical d’où il a laissé un prestigieux héritage blues.

Peter Shonk, Mike Deway et Gilles Sioui ont l’honneur d’ouvrir avec Further on up the road dans une salle bondée. S’amène par la suite David Cordy tout en douceur avec sa guitare acoustique nous racontant l’histoire d’un bateau et d’un poney…. Véro et Pépé arrivent sur scène et continuent à nourrir l’ambiance festive de cette fête. Géatan Racine s’y joint …. The thrill is gone. Harold Boivin de concert avec Steeve Tremblay ainsi que  le claviériste Dan Gaudreau qui surfe sur son clavier et plane en même temps sur le piano. Le groupe OverEasy eux aussi à leur façon, ont mis leur touche personnelle à cet événement.

Jay Sewall  ouvre cette 2 em partie soutenu de Jean-Fernand Girard, Bingo Deslauriers et Jean Cyr. Connecté à son âme, levant les yeux au ciel, il joue avec son cœur cette hymne à l’amour…  s’en suit I’m a Bluesman. Et nous tous à l’unisson, on l’accompagne. Quel bel endroit, ambiance feutrée pour sympathiser au rythme du son blues.

Lucie Lachance pleine énergie accompagnée de Guy Bélanger à l’harmonica  nous lancent Hit the road jack et Little by little. Max Summer, Isabelle et Charlie qui eux aussi contribuent à cette communion collective. Mais la fabuleuse prestation de Valérie Clio et Guy Bélanger touchant comme toujours Summertime a chaviré l’audience, ne pouvait que s’en suivre d’une ovation. Ouffff que c’est intense… On repart avec Je voudrais être noir. Je ferme les yeux et j’entends Bob chanter, ça me fait sourire. Jean- Pierre Desrochers et Gilles Sioui s’installent pour le temps d’un Call the doctor et Ain’t no sunshine. Tous à leur tour reviennent sur la scène histoire de se laisser aller de duel en solo. Et tous ensemble rassemblés pour cette belle finale, Stand by me. Que j’en aurai écouté davantage… 

Immense bravo et merci aux Productions Bros, Gilles Sioui et tous ses amis, Raymond, le staff et tous ceux que j’aurais oubliés pour la réussite de ce collectif.

Cette soirée dédiée aussi à Mady, sa conjointe fut magnifique, colorée et à l’image de ce grand musicien. Récipiendaire de distinctions honorables, avec sa voix éraillée et particulière, il a su parcourir le monde et faire longue route tout en s’entourant d’amis fascinés et passionnés, comme lui, donnant à plusieurs leur première chance… Une belle célébration d’amitié et d’amour à la hauteur de ce grand homme qui était touchant et plein de bonté. Répétant Jay Sewall… Hey Bob, I know you’re there !

Nathalie Leblond pour TatieBlues

Crédit photo Jean-François Desputeaux

 

22 janvier 2017 Posted by | blues, reportages | , , , , , | Laisser un commentaire

○ Collaboration de Nathalie Leblond, SRV Tribute Blues Band à Montréal le 21 nov. 2015.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


srv tribute blues band (8)SRV Tribute Blues Band au Rialto à Montréal.

C’est ce samedi 21 novembre 2015 au Théâtre Rialto, qu’Olivier Gagné et ses acolytes Claude Baillargeon et Steve Gendron ont foulé pour la toute première fois le sol Montréalais. Pour y présenter l’un des meilleurs hommages qui m’a été permis de voir, celui du célèbre guitariste blues qui a su laisser sa trace et être le mentor de milliers d’amateurs de la 6 cordes… Stevie Ray Vaughan.

Débutant cette soirée avec Scuttle Buttin histoire de promouvoir son talent manuel. Il s’exécute de main de maître….et vlan! la foule est intriguée. La ressemblance est flagrante, même mimique, il bouge pareil et sa voix c’est la sienne ….Oh qu’il est hallucinant ! Olivier habite le personnage avec talent et passion. Nous avons l’impression de se retrouver quelque part dans les années 80 a savourer avec intensité cet heureux événement musical. C’est l’une des plus fascinantes interprétations de Stevie Ray Vaughan.

Dès les premiers mots de Pride and Joy les adeptes de Stevie Ray sont conquis. Il joue tous les grands succès de l’artiste. Sous l’éclairage feutré…. Life without you nous fait frissonner. C’est magique nous sommes tous ensemble à tripper et s’enivrer de ces moments intenses. Quand le public reprend le refrain à haute voix de Let me love you baby, Olivier est émerveillé et, charmé, il agrippe sa guitare et nous en donne encore plus … Cet épatant trio se complète merveilleusement et nous livre que du bonheur. Que de talent ils ont …..Tout est parfait ! Mission accomplie Olivier, Montréal est séduit !

Nathalie Leblond

WordPress pour TatieBlues

photos: Stef Design Photographie

http://www.srvtributebluesband.com/

24 novembre 2015 Posted by | blues, communiqués | , , , | Laisser un commentaire

○ reportage de Nathalie Leblond, jours 2 et 3 du festival de blues de Donnacona 14 et 15 août 2015.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La soirée la plus dynamique du Festival

Catz and Summer

Douces mélodies, ambiance relax…les gens arrivent tout doucement sur le site et s’installent devant le parterre et écoutent ce beau duo qu’est Catz and Summer. La température est agréable et leur musique est exquise…

Jordan Officer

Avec sa voie raffinée, son regard d’un bleu de mer et sa belle présence. Il se donne toute en douceur… Envoûtant la foule avec son blues jazzé La diversité musicale de Jordan est surprenante. Si jeune et plein de talent…I’m free son dernier album ou il délaisse un peu le jazz pour revenir à ses anciennes amours qu’est le blues. Chapeau M. Officer, vous nous avez comblés!

Rick Estrin and the Nightcats

Le band le plus festif qu’il m’est donné de voir… De San Francisco M. Estrin, harmoniciste aguerri débarque à Donnacona avec ses acolytes tous aussi colorés que lui. Dès les premières à la dernière chanson on est debout tapant des mains, sourire aux lèvres on en veut à profusion de cette belle énergie. Le party est pogné dans place! Le monde est en feu! Ses petits histoires cocasses chantées, cadencées et comiques…Lui seul pouvait avoir ce pouvoir de nous transporter ailleurs mais bien ici. M.Estrin vous devez absolument revenir festoyer avec nous dans l’une de nos prochaines éditions.

L’ambiance est hallucinante ce soir…ouffffff que cette soirée restera à jamais l’une des plus enlevantes que le Festival de blues de Donnacona a connu.

Nathalie Leblond

Soirée magique…

Mike Reilly

L’Hoodoo Man Mike Reiley de Mtl est attendue par les gens déjà assis en avant de la scène en cette belle fin d’après-midi ensoleillée. Sa musique est douce, agréable… Il nous joue du delta blues, que c’est délicieux à l’oreille.

Sean Chambers

Un des meilleurs guitaristes qui marquera certain l’histoire du blues rock. Son jeu de guitare est puissant, sa voix rauque est sublime … Le tout est d’une sensualité qui se consume tout doucement…. C’est enivrant et langoureux. Mon coup de cœur assuré du festival ! Attentionné, charmant, et souriant, il nous joue Full moon on main street, In the winter time et plusieurs autres. Même à cette heure les gens sont debout acclamant un rappel, on veut le garder plus longtemps, sa musique romancée captive les gens. Merci Sean pour ta générosité et ta présence au Festival…

Jerome Godboo and Shawn Kellerman

Le killerman de la guitare… Oh que de décibels !!! Électrique, vous dites? Le blues rock est à l’honneur. L’ambiance est festive dès que Jerome Godboo entre en scène…. Jouant plusieurs petits instruments et de l’harmonica bien sûr… Une valeur assurée pour que les gens aient envie de danser! C’est de la dynamite ce duo.

Shemekia Copeland

Récemment récipiendaire d’un living blues award pour l’artiste féminine de l’année. Elle nous arrive tout droit de Chicago. Shemekia monte sur scène assurée et souriante. Sa musique est sensuelle, sensitive et son band la suit harmonieusement… Que j’aime cette diva ! Le timbre de sa voix nous ensorcelle… Que d’émotions se dégagent. L’auditoire en amour se dandine et s’aiment. Married to the blues… nous le sommes tous ce soir…Grace à vous Mme Copeland

Encore une fois, la température est agréable, le gens sont présents à plein et les artistes sont généreux. Le cocktail est divin !
Nathalie Leblond

17 août 2015 Posted by | blues, communiqués, festivals 2015 | , , , , | Laisser un commentaire

○ Festival de Jazz de Montréal volet Blues 2015, collaboration Nathalie Leblond.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


26 juin 19h sur la scène Radio Canada :
Whisky Legs
Confiante Maude Brochu monte sur scène devant un public bondé. Pour leur première fois à Montreal et sûrement pas la dernière. Ce groupe de Québec, a su donner une performance impeccable. Avec un blues assez pesant, des dernières chansons écrites de leur album qui sortira sous peu. Ils ont convié les spectateurs a les découvrir. Nous avons adoré ! Soyez les bienvenues les Whisky Legs
20 h sur la scène Tropique Bell :
Adonis Puentes and the voice of Cuba Orchestra
Une entrée de jeux entraînante et dynamique à la saveur cubaine. Les gens dansent, participent et se laissent emporter. La foule mi québécoise, et de tous les coins du monde, se dandinent et festoient. Musique traditionnelle cubaine, rythmée les gens célèbrent, le cœur rempli de joie, que c’est beau de nous voir tous ainsi unis et heureux grâce à la musique. Je dois me déplacer, car je suis conviée ailleurs…..
Lire la suite

29 juin 2015 Posted by | blues, communiqués, festivals 2015 | , , , , | Laisser un commentaire

○ Reportage de Nathalie Leblond, Joe Bonamassa à la Place des Art à Montréal 10 avril 2015


jbÇa ne fait que quelques heures que c’est terminé, mais je suis encore sur le  » high » de cette divine soirée musicale. LE MAÎTRE incontesté de la nouvelle génération blues !…Joe Bonamassa.

Comme à son habitude 20:00 hrs pile, il se présente sur scène pour nous enivrer d’un pur bonheur auditif. De passage à Montréal pour débuter sa tournée nord-américaine, la salle Wilfred Pelletier est à sa pleine capacité, des couples, papa-fiston ados, toute sorte de beau monde heureux d’être venu assister à cet évènement.

Débutant avec son petit solo à la Hendrix  »hey baby’’ (new rising sun) suivi de  »Oh beautiful » de son plus récent album  » Different shades of blue ». Accompagné de ses fidèles complices, Carmine Rojas à la bass, Tal Bergman au drum. Une section de percussions, trombone, trompette et saxophone. Et d’un certain Reese Wynans au clavier, du regretté band  »Double Trouble de SRV ». Ils ont du plaisir et une belle complicité à se relancer de duels en solos….

Et que dire de l’acoustique, c’est IMPECCABLE ! Tout est parfait le son, les éclairages, leurs tenues soignées à la Bonamassa. La synchronicité musicale avec les cuivres…que c’est beau et bon à entendre. Le son de la trompette étouffé à la Tom Waits c’est délicieux! Son agilité, sa perfection, il joue vraiment avec ses tripes et au feeling. L’audience est comblée depuis le début, elle reste silencieuse et attentive à la moindre vibration sonore….elle adore c’est certain!

Il joue plusieurs de ses nouvelles chansons,  »Never give up », So, what would i do », Heartache follows wherever i go »,  » Oh beautiful  », et de ses plus grands succès. Viets ensuite LE Sublime moment de ce spectacle, Sloe Gin seul avec sa guitare, que de symbiose entre l’artiste et son instrument. Ils ne font qu’un…j’ai les frissons pendant ces dix minutes de béatitude. Et sa  »Ballad of John Henry’ qui nous secoue et nous fait lever de nos chaises wooooooo c’est intense la connexion avec lui….Peu bavard mais toujours aussi généreux de son talent. Deux heures vingt de musique sans entracte. Joe Bonamassa, un être sensible, intelligent, un artiste doué, talentueux qui est toujours à la hauteur de nos attentes et même plus. Merci Joe!

Nathalie Leblond pour
wordpress tatieblues

http://jbonamassa.com/

13 avril 2015 Posted by | blues, communiqués, reportages | , , , | Laisser un commentaire

○ reportage de Nathalie Leblond, le trio Jobin, Dussault et Burns à la maison de la culture George Hébert Germain, mars 2015.

jobin dussault burnsHier soir, nous étions conviés à la maison de la culture George Hébert Germain de Donnacona pour une fabuleuse soirée musicale  »comme dans l’salon » avec 3 vieux chums. Yvan Jobin, Guy Dussault et Richard Burns. Un trio acoustique qui se promène dans nos souvenirs avec des chansons des années 60–70-80 et quelques-unes de 90.
Que c’est beau, bon et agréable à entendre Clapton, Sting, Emerson Lake and Palmer, Supertramp.  »Hurt » de Johnny Cash, l’interprétation de cette oeuvre était très touchante et captivante. En passant par The Doors, Pink Floyd, U2, Neil Young … Guy se permet de jouer de l’harmonica que de talent, que de plaisir ! Tu rêves, on te ramène dans l’temps.  »Hey Joe » d’Hendrix, génial, c’est fou, c’est doux et c’est tout simplement wow!

La complicité des gars est tangible, ils ont du plaisir à jouer ensemble. Même timides, les voix de Roger et Yvan s’unissent à celle de Guy pour une harmonie vocale magique, l’audience est comblée, attentive et embarque pour quelques refrains à l’unisson. C’est vraiment une soirée merveilleusement colorée.

Mais la toune qui m’a complètement chavirée, c’est  »You own special way » de Genesis oufffff que de frissons ! Les belles voix en accords des trois comparses… Sublime ! Les trois guitares s’unissent à merveille créant une belle symphonie pour nos oreilles et notre cœur.

C’est une soirée acoustique douce, mélodieuse et enivrante. Merci de cette belle prestation, on remet cela autour d’un feu les gars ?

Ils seront en spectacle prochainement à la scène Lebourneuf avec un excellent hommage à Éric Clapton. C’est à voir !

http://www.lascenelebourgneuf.com/programmation/sixte-0  spectacle bébéfice, affiche ici

Nathalie Leblond pour wordpresstatieblues

 

31 mars 2015 Posted by | blues, reportages | , , , , , | Laisser un commentaire

○ reportage de Nathalie Leblond, le trio Jobin, Dussault et Burns à la maison de la culture George Hébert Germain, mars 2015.

jobin dussault burnsHier soir, nous étions conviés à la maison de la culture George Hébert Germain de Donnacona pour une fabuleuse soirée musicale  »comme dans l’salon » avec 3 vieux chums. Yvan Jobin, Guy Dussault et Richard Burns. Un trio acoustique qui se promène dans nos souvenirs avec des chansons des années 60–70-80 et quelques-unes de 90.
Que c’est beau, bon et agréable à entendre Clapton, Sting, Emerson Lake and Palmer, Supertramp.  »Hurt » de Johnny Cash, l’interprétation de cette oeuvre était très touchante et captivante. En passant par The Doors, Pink Floyd, U2, Neil Young … Guy se permet de jouer de l’harmonica que de talent, que de plaisir ! Tu rêves, on te ramène dans l’temps.  »Hey Joe » d’Hendrix, génial, c’est fou, c’est doux et c’est tout simplement wow!

La complicité des gars est tangible, ils ont du plaisir à jouer ensemble. Même timides, les voix de Roger et Yvan s’unissent à celle de Guy pour une harmonie vocale magique, l’audience est comblée, attentive et embarque pour quelques refrains à l’unisson. C’est vraiment une soirée merveilleusement colorée.

Mais la toune qui m’a complètement chavirée, c’est  »You own special way » de Genesis oufffff que de frissons ! Les belles voix en accords des trois comparses… Sublime ! Les trois guitares s’unissent à merveille créant une belle symphonie pour nos oreilles et notre cœur.

C’est une soirée acoustique douce, mélodieuse et enivrante. Merci de cette belle prestation, on remet cela autour d’un feu les gars ?

Ils seront en spectacle prochainement à la scène Lebourneuf avec un excellent hommage à Éric Clapton. C’est à voir !

http://www.lascenelebourgneuf.com/programmation/sixte-0  spectacle bébéfice, affiche ici

Nathalie Leblond pour wordpresstatieblues

 

30 mars 2015 Posted by | blues, reportages | , , , , , | Laisser un commentaire

• Collaboration de Nathalie Leblond, Festival de Blues de Donnacona 2014, 1ère soirée de Blues exaltante!

donnacona blues
1 ere soirée de Blues exaltante !Pour sa 9eme édition, le festival de Blues de Donnacona a su encore une fois nous épater …avec une programmation à la hauteur de nos attentes. De plus dame nature s’est calmée et nous a fait l’honneur d’être clémente.

South Breeze

Se laissant bercer par cette douce brise musicale. Mo Blues et Guy Marcotte à l’harmonica ont su démarrer cette soirée de manière conviviale… Cette fusion entre les 2 artistes était palpable et géniale. La musique est entraînante, nous voilà partis pour une belle soirée.

Paul Deslauriers Band

Couronné par le Maple Blues Award comme meilleur guitariste au pays. On ne peut rester indifférent à son talent. Cette bête sauvage s’acharne sur sa guitare comme un lion sur sa proie… Sa musique est conceptuelle et son style propre à lui. Mélodies accrocheuses, cadencées avec sa voix riche et puissante il nous comble totalement…. La foule est envoûtée, elle se dandine et danse au rythme de son blues. Accompagné de Sam Harrison à la batterie et de Greg Morency à la basse, ce trio enflamme le parterre rempli d’amateurs de blues. Se promenant à travers le répertoire de son nouvel album sorti en mars dernier et quelques reprises, la soirée file tout doucement. La finale est électrique et endiablée comme lui sait le faire. Wow… Que de talent nous avons au Québec !

James Cotton

Arrivé du Texas, Mr Cotton ne fait pas dans la dentelle ! Son band est solide, dynamique et rythmé. Dès les premières notes, on se laisse bercer au son de sa musique. Le bassiste est pétillant, enjoué, ses solos sont agiles et soignés. Sur sa chaise ou debout, on ne peut rester immobile. Nous avons le cœur emballé par ses mélodies joyeuses et entraînantes. Un harmoniciste aguerri, charmant, souriant et heureux. Il nous livre du blues enivrant…
Darrell Nulisch arrive sur scène pour assurer la partie vocale et nous voilà partis pour vivre une belle évasion musicale… La foule est dense et le ciel partiellement étoilé. Quelle magnifique soirée.

Bravo aux gens du festival pour cette excellente programmation qui nous transporte au rythme du blues !

16 août 2014 Posted by | blues, festivals 2014, reportages | , , , , , , | Laisser un commentaire

• Reportage de Nathalie Leblond: Matt Andersen And The Mellotones le 4 juillet 2014 au Festival d’été de Québec.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

matt anderson 5Originaire de Perth- Andover du Nouveau Brunswick, Matt Andersen en a fait du chemin depuis le début de sa carrière en 2002…ayant même joué plus de 200 spectacles dans la même année et 9 albums plus tard c’est un mélomane et artiste assidu et doué. Couronné en 2011 d’un Maple Blues award pour l’Entertainer of the Year and Acoustic Act of the Year. Bien mérité, il continue de festivals en festivals à enivrer le monde … et se faire couvrir d’éloge.

Ce soir, accompagné de 9 musiciens  » The Mellotones  » il joue dès le début plusieurs chansons de son plus récent album Weightless sorti au début 2014. J’avoue qu’avec l’ensemble de cuivres (saxophone, trompette, trombone) ça remplit assez bien cette prestation musicale. Maniant sa guitare comme seul lui peut le faire, il a su charmer l’auditoire de la scène hydro Québec. J’avoue sincèrement avoir pris plusieurs minutes à aimer l’entendre avec plusieurs musiciens….car moi les fois où je l’ai vu, il était seul sur scène avec sa guitare, il m’avait séduite de cette manière. Mais le band (claviers, batterie, trompette, trombone, saxophones et choriste) est assez solide, talentueux et qui ressemble étrangement à du Joe Cocker, le suit et l’accompagne merveilleusement bien.

Matt aime être sur scène, il a un plaisir fou à se dandiner, sourire aux gens et semer la bonne humeur autour de lui. Quoi demander de plus que quelqu’un qui joue avec ses tripes et laisse transparaître ses émotions à travers sa guitare…qui a mon avis n’était pas assez forte. On avait parfois de la difficulté à le distinguer à travers le band… Jouant quelques tounes acoustique  »So gone now » étant ma préférée, il a conquis la foule….Il nous a fait vibrer. L’éclairage tamisé et le vent présent sèment une ambiance feutrée agréablement sentie. Tout le monde danse, s’enlace…que de vibrations positives planent sur cette charmante soirée.

 » I’m going down’‘ au contraire en décoiffe plusieurs, assez pesant à la manière  »Walter Trout  » ça rentre à fond dans le plancher! Accompagné de claviers, ensemble de cuivres, d’un choriste- trompettiste…tout est en place pour que ça déplace de l’air!!!  »Devils‘bride » en symbiose avec les  »brass  » ne laisse personne indifférent non plus. Pour terminer, il se permet une belle intrusion dans l’univers de Joe Cocker  » with a little help from my friends » l’auditoire l’accompagne en chantant harmonieusement à tue-tête. C’est beau, mélodieux et charmant comme ambiance ce soir.
La première fois que je l’ai entendu c’était en novembre 2012 au Petit Impérial et les mots que j’avais eu pour le décrire étaient : Déjà complètement charmée avant même qu’il monte sur scène….Avec son assurance et son imposant physique…je savais très bien qu’il sortirait de ce corps quelque chose d’assez solide !!! Son charme indéniable et sa voix puissante ont fait de cette soirée une magie à saveur Blues comme on les aime. Merci à ces musiciens qui nous enivrent et nous font vibrer tout en nous laissant pénétrer dans leur univers émotionnel tellement sensitif. Merci à toi Matt Andersen. I love your Blues!

Nathalie Leblond pour le blog de Tatiblues

Merci à Jean François Desputeaux pour les photos

6 juillet 2014 Posted by | blues, communiqués, festivals 2014, reportages | , , , , , | Laisser un commentaire

♦ reportage de Nathalie Leblond, Joe Satriani au Capitole de Québec le 7 octobre 2013.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pur délice musical!

En ce 7 Octobre 2013, il y avait foule en plein lundi soir au Capitole de Québec…Pour entendre ce pur délice musical qu’est Joe Satriani!

Pour ouvrir cette soirée c’est ‘’ Sit Down, servant ‘’qui s’est introduit de manière assez pesante…les planchers et murs en tremblaient. C’est en jouant sur ses slideguitars que Gordie Johnson entame des bruits ahurissants avec sa pédale bass et son petit clavier à soufflet…qui en sort un  son éclaté et électrique. Musique expérimental assez particulière. J’avais l’impression d’assister au jam et trip de 2 vieux chums. Accompagnés du québécois Stéphane Beaudin au drum, à eux deux ils emplissaient les enceintes acoustiques aisément.

Pour sa tournée d’Unstoppable Momentum  le mélodieux, souriant et dynamique Joe Satriani entre sur scène feutré de sa lunette noire et son Ibanez rouge.  Il entame  Jump In, la foule est en délire et enchantée.  Mike Keneally l’accompagne au clavier et guitare. S’ensuit des duels de solos hallucinants. D’un français sympathique, il s’adresse à la foule. Tous des trippeux de guitare qui avaient rempli le Capitole ce soir.

Satriani, ce virtuose au doigté agile, aux notes et solos aigus, s’emporte…. Flying nous transporte ailleurs avec son immense visuel aquatique. En se laissant bercer par ce délicieux effluve sonore, il nous amène là où lui, l’avait décidé.

The crush of love a fait surchauffer l’ambiance… Il vit à fond sa musique et ça se transmet dans sa mélodieuse romance musicale. Des solos électrisants et des décibels à souhait. La toile de fond psychédélique est additionnée d’œuvres d’art qu’il a lui-même gribouillées.

Mon échappatoire mentale est écourtée par le solo de drum qui est assuré par Marco Minnemann. Qui était en excellente fusion avec ses tambours. Ce rendez-vous était attendu, les fans sont à l’écoute et embarquent dans sa folie endiablée. Quand à Brian Beller qui assure la partie bass de ce show, elle est assurément bien présente.

Les succès se suivent et captent l’attention de l’auditoire qui est attentif à chaque note ou accord.

Dès que ce dieu de la guitare s’attaque à la plus belle de ses mélodies enivrantes  Cryin on est tous envoûtés et ensorcelés…

Le public de Satriani est comblé et se permet encore à cette fin de show d’embarquer, de chanter et lever le bras battant au beat des dernières notes…

Cette soirée fut l’une des plus électrisantes que j’ai vue cette année et que dire de la finale, on a eu droit à un rappel de deux chansons donc Crown chant et Summer….Wow c’était sublime.

Nathalie Leblond pour le blog de Tatieblues

Merci à Jean François Desputeauxpour ses photos

9 octobre 2013 Posted by | blues, musique, reportages | , , , , , | Un commentaire

♦ Reportage, une collaboration de Nathalie Leblond, Donnacona au Rythme du Blues 2013, jour 3

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelle belle soirée festive à saveur cajun hier soir au rythme du Blues ….vous vouliez danser et lâcher votre fou c’était LA place !

En premier lieu un Donald Ray Johnson qui entre sur la scène vêtu d’un chic impeccable, ce crooner bluesman était heureux et souriant. Accompagné de Maurice John Vaughn et son band. Deux belles voix harmonieuses et apaisantes. La musique feutrée donnait le ton pour mettre l’ambiance tout doucement à cette soirée délicieuse …. Nous avons été emballés et transportés dans leur univers de blues épuré laissant place au groove et soul. C’est un climat différent de la veille mais fallait le vivre car c’était absolument magique, la foule était heureuse et dansait. Quelles belles ‘’vibes ‘’

Paul Reddick assurait la suite…..Voix chaude et rauque comme on les aime. Il est tout de suite emballant et efficace. Armé de son harmonica, il laisse échapper des mélodies entrainantes qui ouvrent la porte à cette fête cajun. Tout le monde se dandine sur sa chaise, prêt à se lever.

Tout en parfait gentleman, veston cravate, petit veste satinée, BuckWheat Zydeco fait son entrée…accrochant son gros accordéon il part dans un rythme entrainant…son acolyte, accompagné de sa planche rythmique, le suit dans cette folle cadence.  La foule enchantée « se peut pu! »

‘’Le party est pogné dans place’’ on danse, on frappe des mains et ainsi de suite. On en veut encore et encore… Entamant le ‘’Hey Joe ‘’ de notre cher Hendrix à la manière cajun il nous surprend ! La soirée s’achève ainsi tout le monde est enchanté. Encore une fois mission accomplie pour une autre soirée enlevante. Chapeau Donnacona en blues !

Nathalie Leblond pour le blog de Tatieblues

NB: À Jean François Desputeaux pour les photos et à Nathalie Leblond pour le texte, merci de votre précieuse collaboration.
Céline.

19 août 2013 Posted by | blues, festivals 2013, reportages | , , , , , | 2 commentaires

♦ reportage de Nathalie Leblond: Joe Bonamassa, Montréal le 8 mai 2013

Joe_Bonamassa_36864Merci à Nathalie Leblond, qui est allée voir le spectacle de Joe Bonamassa à Montréal le 8 mai au Théâtre St-Denis, et qui nous fait ici un compte rendu de son expérience enivrante:

C’est le 8 mai la journée de son anniversaire ! Le Joe Bonamassa est au St Denis à Montréal! Rien au monde ne m’aurait fait manquer cette rencontre que j’attends depuis des lunes….

19h59 je suis fébrile ….20h00 arrive. Fidèle à sa tenue vestimentaire habituelle et sa lunette noire, se présente sur scène un Joe Bonamassa assuré. Sur un petit air irlandais …En trio acoustique (Guitare, bongos et piano) ce fut le début d’une soirée qui allait me combler littéralement.

Dès les premières notes de son ’ Woke up dreaming ’’ qui nous entraînent dans un solo phonique hallucinant! L’hystérie est à son comble et nous n’en sommes qu’au début. Ce guitariste indéniablement talentueux et son style d’une profonderésonance émotionnelle me chavire complètement. Cet être tout en guitare commence sa partie de show électrique avec un ‘’Slow Train’’ enlevant. La foule est alerte et réceptive à chaque note comme si c’était la dernière. Sa voix est harmonieusement en symbiose avec la mélodie dont il tire toute sa puissance

Conquise et charmée, j’ai les oreilles et le cœur qui vibrent. Je ne manque aucune note, aucune parole je suis totalement ailleurs…mais vraiment là!  Sous un éclairage simple mais efficace  il est accompagné de ses fidèles musiciens. Carmine Rojas, Arlan Oscar Schierbaum et Tal Bergman. Tous aussi impliqués les uns aux autres, leurs mélodies sont présentes à travers celles de Bonamassa. Tous on leur place et la qualité sonore est impeccable. Nous transportant dans son univers blues bien présent. Il se permet un petit air deDeep Purple version Bonamassa…les fans sont survoltés. Lui sur son 36 (anniversaire)… la foule à l’unisson entame un Happy Birthday conventionnel.  Intimidé, mais charmé il agrippe sa guitare deux manches et devient indiscipliné….

Passant du ‘Driving Towards The Daylight’’, Dust bowl, Story of  a Quarryman,   d’un D’Jango solide  suivi d’un ‘’ Ballad of John Henry qui rentre à fond. Et qui dure pas loin de 15 minutes où, à travers, on a droit à des solos de clavier, drum et basse.  Tous en complicité avec Joe. Et que dire d’entendre la voix de ce vieux Howlin’ Wolf percer les hauts parleurs expliquant son Jungle stuff, bongo beat you know ? De là s’en suit ‘’Who’s been talking’’ qu’il s’est permis de reprendre sur son plus récent album.

Ce guitariste au doigté impressionnant et ses nombreuses guitares dont l’ajustement est indéniable nous fait vibrer totalement. La foule en redemande….Peu bavard, mais présent, laissant place à sa musique exaltante. Après plus de deux heures et demi sans pause, il nous laisse avec un  ‘’Sloe Gin’’ acoustique bien senti et d’une petite dernière sans voix, mais tout aussi compétente. Je sors de cette soirée enivrée, charmée et heureuse d’avoir pu assister à cette prestation sublime !

Aimante de Blues …. Ce soir j’aime et j’admire ce Joe Bonamassa.

Nathalie Leblond pour le Blog de Tatieblues.

Slow Train http://www.youtube.com/watch?v=nKK8rU_wR1g

Dust Bowl: http://www.youtube.com/watch?v=8tT0ZU5iVQc

9 mai 2013 Posted by | blues, reportages | , , , , | 2 commentaires