Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

• Grande (ré-)ouverture du site de Kevin Mark Blues Band le 14 février 2014.

kevin mark blues bandKevin Mark nous fait toute une belle surprise en annonçant son retour dans le merveilleux monde du blues! Il nous annonce déjà des spectacles à Montréal et Québec et, avec l’humour qu’on lui connait, il nous dévoile les membres de son groupe un à un, en accompagnant le tout d’une courte biographie. En date du 12 février, nous avons les noms de François Dubé à la basse et de Mathieu Mousseau au saxophone. Qui seront les autres musiciens? Nous le saurons sous peu puisque les noms seront dévoilés d’ici vendredi.

voici ses interventions sur Facebook:

Bon… on enlève la rouille et on ouvre la machine tranquillement.
Le premier arrêt sera en avril pour une soirée excitante à Montréal! Détails à venir vendredi.
Je suis très impatient de vous dévoiler les musiciens – ce que je ferai au cours de cette semaine.
Les amis de Québec/Beauport, qu’en pensez-vous d’un party blues comme dans le bon vieux temps chez vous ce printemps?

Alors, pour démarrer la présentation du groupe, je vous présente notre bassiste Francois « Dutch » Dubé. Un joueur populaire sur la scène Montréalaise grâce à son habilité de «groover». Il a aussi une chevelure parfaite.

On continue dans les notes graves avec Moose Mousseau au saxophone baryton. Moose s’est joint au groupe en 2004 (10 ans déjà!) et s’est avéré être un joueur solide. Dans ma vie, j’ai seulement rencontré quelques gens qui peuvent ingérer des grandes quantités de Captain Morgan comme moi… et Moose n’est pas l’un d’eux.

On continue pour le 4e membre du groupe… aux saxophones ténor et alto, un gars que je compte comme l’un de mes meilleurs amis, Little Frankie Thiffault. Il est à mes côtés depuis 15 ans déjà, alors sa présence au sein du groupe n’est probablement pas une surprise pour ceux qui nous connaissent. Frankie est un passionné de la bière Guinness. Il la boit deux fois par an – quand c’est sa fête, et quand ce n’est pas sa fête.

Demain je vous présentera le 5e et dernier membre du groupe et on synchronise le tout avec l’ouverture du site.

12 février 2014 Posted by | blues, communiqués | , , , , | Laisser un commentaire

reportage – Festival Beauport en Blues les 22, 23, 24 juillet 2010 –

Festival Beauport en Blues les 22, 23, 24 juillet 2010.

Voilà déjà  terminée la 6ème édition du Festival Beauport en Blues. Une programmation où on a fait de belles découvertes sous un ciel mitigé mais clément d’un bout à l’autre malgré tout.

Jeudi le 22 juillet Blues Delight de Montréal a été l’entrée en matière jeudi. Vincent Beaulne  et ses musiciens ont présenté des chansons de leurs cd, en particulier leur deuxième Open All Night,  que je trouve de très bonne qualité.  Pat Loiselle, guitariste harmoniciste accompagnait le band pour une première fois d’après ce que j’ai compris. Les musiciens étaient décontractés et ce fut un bon spectacle pour une ouverture de festival.

Christian Malette a suivi, ce jeune guitariste de 39 ans a joué avec plusieurs  vedettes québécoises et a maintenant son band. J’ai été impressionnée par le dynamisme du groupe et les solos où le leader laisse ses musiciens s’exprimer, en particulier un claviériste et un saxophoniste pleins d’énergie. Malette a une belle présence et une voix harmonieuse, son talent à la guitare est indéniable. Un cd blues rock est annoncé sous peu, nous n’avons eu droit qu’à un morceau qui sera sur cet album ce qui nous donnera, très bientôt espérons-le, l’occasion de le découvrir en profondeur  quand nous reverrons ce groupe à Québec.  J’aimerais aussi beaucoup voir la formule Big Band de Christian Malette. Pour vous tenir au courant de ses activités, essayez Facebook, il semble que ses sites officiels sont en reconstruction.
Carlos Veiga en trio terminait la soirée au Centre Mgr Laval, la salle était pleine, je suis restée pour quelques pièces  et j’ai beaucoup aimé.

Vendredi 23 juillet, une autre belle découverte, Charlie A’Court de Nouvelle Écosse était en scène à 19h. Sympathique jeune musicien dont on sent les influences  folk et/ou soul, il nous a fait aussi de bons blues. Il met beaucoup de senti dans ses interprétations et son batteur l’accompagne back vocals et « back smiles » comme dit si bien A’Court en le présentant. Une partie acoustique a terminé le spectacle,  sa voix harmonieuse et son jeu inventif ont rendu ce set tout aussi intéressant.

À 21h, Pat The White, toujours aussi plein d’énergie nous à présenté son nouveau spectacle  et ses classiques. Sa voix puissante et son jeu de guitare s’expriment  tout en rock suivant ses influences Allman Brothers et savent plaire à plusieurs. André Lavergne ajoute son talent  de guitariste au band.

Samedi le 24 juillet, j’ai vu Route 66 à 17h. Ce groupe que je voyais pour la première fois  fait des classiques du blues et franchement ça fait la job. Je suis toujours partante pour des standards bien joués et bien chantés, ce que Pierre Paquette, le leader du band fait très bien, accompagné d’un 2ème guitariste. Un bassiste et un batteur complètent l’ensemble.

À 19h, Ben Racine Band avait la mission de chauffer les planches pour le clou du festival prévu pour 21h.  En allant saluer Kevin Mark qui est bassiste pour Ben Racine j’ai eu la surprise de voir arriver les talentueux Moose Mousseau, Frankie Thiffault et Lewis Dave que j’apprécie beaucoup et je me suis rendue compte qu’on allait avoir droit à toute une équipe pour ce spectacle. Nicky Estor est  à la batterie et pour compléter, Ben Racine, inconnu  de la plupart des amateurs de Québec  qui a séduit tout le monde sur place. Ce jeune musicien a une belle voix puissante,  un bon jeu de guitare et une sorte d’énergie nerveuse qu’on dirait prête à exploser s’il ne la domptait pas. Généreux avec ses musiciens, il leur a donné toute la latitude pour des solos. La foule était sous le charme et une chaleureuse ovation a salué la fin du spectacle.

Sous le charme, la foule l’est restée pour le reste de la soirée puisque Eddie Cotton et ses musiciens du Mississippi ont fait  une prestation foudroyante qui a jeté tout le monde en bas de sa chaise pour danser sur place.  Fils de  prédicateur, Cotton  est né à Jackson, Mississippi en 1970, son claviériste Chalmers Davis accompagne aussi  Little Richard et son bassiste a la particularité d’être né avec deux doigts seulement à la main droite. Son père était guitariste et lui a donné le goût de la musique, il a appris la basse à l’âge de 14 ans.

Eddie Cotton a mis la foule dans sa poche en la faisant participer et elle en redemandait. Je pense que quand  le musicien est généreux, la foule l’est aussi. Il ne suffit pas à un guitariste de demander à répétition des applaudissements pour ses musiciens. Eddie Cotton est spectaculaire et talentueux et on voit que l’énergie qu’il retire de la foule lui sert à l’offrir en retour. Nous avons vu du beau blues.

Il revenait à Riot and His Rhythm Devils de clore le festival dans la salle. Tout le monde voulait continuer la fête et le groupe n’a pas manqué de satisfaire les gens. Il se faisait vraiment tard quand j’ai finalement décidé de partir dans l’air doux de la nuit. En arrivant à la maison, une énorme averse tombait et c’était bien correct qu’elle ait attendu jusque là pour le faire…

Bravo à toute l’équipe, on voit que l’organisation est bien rodée et bien dirigée, tout roule rondement dans la bonne humeur générale.  Messieurs Gosselin et Morin étaient  très satisfaits du succès de ces 3 jours et déjà la septième édition du festival est annoncée. Pour ce qui est de la programmation de la Grange Marcoux pour l’automne 2010, Richard Gosselin va sonder l’intérêt des amateurs pour une formule différente puisque Sophie ne sera plus aux commandes pour s’occuper de la vente des billets. Il a l’intention d’offrir la saison de blues pour un prix total en pré vente. Quand vous recevrez le  courriel qu’il va envoyer à sa liste d’abonnés, ce sera le temps de montrer votre intérêt. Si vous désirez lui donner votre opinion d’ici là, voici l’adresse courriel: information@lagrangemarcoux.com

PHOTOS

VIDEOS

27 juillet 2010 Posted by | blues, festivals 2010, reportages | , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire