Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

• Randall Spear et André Lavergne à la maison O’Neill le 6 juillet 2014.

arndall andréhttp://www.lamaisononeill.org/in_programmation.php

 

5 juillet 2014 Posted by | communiqués, musique | , , , | 2 commentaires

• Randall Spear à l’Anglicane le 5 avril 2014.

randall spear anglicaneRandall Spear présente son nouveau spectacle These Songs are Made of Wood à l’Anglicane de Lévis le 5 avril. Il est accompagné d’André Lavergne et Denis Viel à la guitare, de Christian Morisette à la batterie et de Richard Drouin à la basse.

http://www.srsproduction.com/artistes/artistes/randall-spear.html.html

http://langlicane.com/programmation/randall-spear.html

4 avril 2014 Posted by | communiqués, musique | , , , , , , | Laisser un commentaire

• Randall Spear à l’Anglicane le 5 avril 2014.

randall spear anglicaneRandall Spear présente son nouveau spectacle These Songs are Made of Wood à l’Anglicane de Lévis le 5 avril. Il est accompagné d’André Lavergne et Denis Viel à la guitare, de Christian Morisette à la batterie et de Richard Drouin à la basse.

http://www.srsproduction.com/artistes/artistes/randall-spear.html.html

http://langlicane.com/programmation/randall-spear.html

7 mars 2014 Posted by | communiqués, musique | , , , , , | Laisser un commentaire

♦ Lancement: Randall Spear, André Lavergne, These Songs are Made of Wood au Sacrilège le 14 nov. 2013.

a. lavergne r. spearRandall Spear voix guitare,
André Lavergne, guitare, slide,
Christian Morisette, batterie
Richard Drouin, basse, violon

http://lesacrilege.com/events/randall-spear-band-folk-quebec/

http://www.reverbnation.com/randallspear

http://www.reverbnation.com/thesesongsaremadeofwood

https://www.facebook.com/events/338070599662837/

11 novembre 2013 Posted by | communiqués, musique | , , | Laisser un commentaire

Donnacona au Rythme du Blues 2010- reportage

Donnacona  au Rythme du Blues du 11 au 15 août 2010.

J’ai un été très rock’n roll ce qui m’a tenue pas mal éloignée du blues… Je n’ai vu que  4 spectacles sur la vaste  sélection offerte par ce beau festival qui se tenait à Donnacona pour sa 5ième édition mais ces spectacles m’ont fait vivre 2 soirées magiques  les 13 et 14 août.

Vendredi 13, les femmes du blues ont donné des frissons à l’assistance. Les  hasards de la vie m’avaient empêchée de voir Clio en spectacle jusqu’à maintenant, je la savais talentueuse pour l’avoir vue en caméo avec d’autres et entendue sur son disque « My First Blues » et  j’ai été impressionnée par cette belle jeune femme qui habite la scène d’une présence sensuelle, enthousiaste et souriante selon le moment. S’ajoutent  une superbe voix et une belle communication avec le public.

Clio était accompagnée de Shwan Rice à la guitare, Yannick Lambert à la basse, Phil Bernatchez à la batterie et Claude Laflamme à la guitare en remplacement d’André Lavergne qui revient cet automne, de très bons musiciens qui ajoutent  à l’intensité du spectacle. La chanteuse connaît son matériel, participe au rythme, est à l’écoute de ses musiciens, tous ces détails donnent  un bel ensemble à regarder.

C’est vraiment un groupe à revoir ce que je vais faire en fin de semaine à l’Île d’Orléans puisque Clio and The Blues Highway est de la programmation le samedi 21 août.

Clio a fait une belle ouverture pour une surprenante et imposante dame du blues, Diunna Greenleaf. Accompagnée de son Blue Mercy Band, la Texanne aux influences gospel a séduit la foule de sa voix magnifique avec une complicité avec ses musiciens parfois assez aux antipodes du gospel d’église en particulier certains échanges avec son guitariste Jonn del Toro Richardson où les deux participaient  à un jeu plein de sensualité. Quelques slows dont  « Tribute to John Lee Hooker » ont donné lieu à des échanges de regards, de gestes et de musique franchement explicites tout à fait délicieux. Un long et brûlant solo semble avoir convaincu la dame qu’elle avait enfin trouvé son prochain John Lee.

Cliquez pour voir la vidéo

Pour répondre à une demande elle a fait « Summertime »  a capella, ce fut un autre beau moment. Pour présenter « Never Forget »,  un long gospel sur l’importance d’apprécier  l’amitié et l’amour de nos proches pendant qu’ils sont près de nous,  Diunna a fait monter Christian Trépanier sur scène et lui a demandé de traduire l’intro qu’elle faisait de cette belle chanson. La chanteuse est descendue dans la foule et tout le monde a embarqué à fond dans cette communion du blues. Nous avons eu droit à un rappel et à la fin, la chanteuse s’est éclipsée en arrière scène pendant le dernier solo de guitare, terminant a capella par un « God bless you until we meet again », ce que tout le monde souhaite ardemment, que Dieu nous bénisse ET de la revoir…

Samedi la température était encore radieuse et nous sommes arrivés pour voir Jack de Keyzer que plusieurs connaissent et apprécient. Son blues plutôt dansant met toujours  la bonne humeur dans la place et j’ai trouvé qu’il avait ajouté une note électrique un peu plus punchée   au son que je suis habituée d’entendre de lui ce qui a donné un spectacle différent de ce que je lui connaissais ces dernières années et qui allait très bien sur cette scène extérieure.

Puis, Arsen Shomakhov, un jeune bluesman de Colombie Britannique d’origine russe s’est présenté sur scène. Vraiment une belle découverte, un guitariste talentueux, une voix bien modulée, des rythmes bien blues, des compositions originales et de bons musiciens. On aurait apprécié une présence sur scène un peu moins statique pour combler notre plaisir. Son cd « On the Move » est excellent, comprenant cuivres et piano  avec un son west coast.

Ronnie Baker Brooks qui venait ensuite avait la barre haute pour égaler le high créé la veille par Diunna Greenleaf et sur lequel  j’étais encore accro. Mais, évidemment, donnez-nous du bon blues et on vous aime tous! Et nous voilà embarqués sur la vague du Chicago Blues avec RBB et ses musiciens. Son « féroce » bassiste est toujours présent et Ronnie avait amené avec lui un guitariste  à la note hyperactive, Jellybean Johnson. Peu démonstratif et d’une rapidité surprenante, il a joué juste assez pour qu’on apprécie ses qualités et pour ne pas nous priver de la présence de Brooks trop longtemps dans le spectacle. RBB est toujours aussi intéressant à voir jouer avec  ses bons beats et il a toujours cette baby face souriante à fossettes qui fait que nous aussi on a le sourire accroché tout le long du spectacle. Un bon un bain de foule et de la slide avec une bouteille de bière ont fait monter l’ambiance d’un cran puis le tout s’est terminé, du moins pour nous puisque c’est à ce moment que nous avons quitté pendant que le party se poursuivait, j’en suis sûre, dans les bars et à la maison de la culture avec d’autres bons groupes.

PHOTOS :  http://www.flickr.com/photos/bluesmama/

VIDÉO: http://www.youtube.com/watch?v=eJ0kJDXK_pk

vidéo de DIUNNA GREENLEAF:  http://www.youtube.com/watch?v=1v8pX_sTVYk

22 août 2010 Posted by | blues, festivals 2010, reportages | , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

reportage – Festival Beauport en Blues les 22, 23, 24 juillet 2010 –

Festival Beauport en Blues les 22, 23, 24 juillet 2010.

Voilà déjà  terminée la 6ème édition du Festival Beauport en Blues. Une programmation où on a fait de belles découvertes sous un ciel mitigé mais clément d’un bout à l’autre malgré tout.

Jeudi le 22 juillet Blues Delight de Montréal a été l’entrée en matière jeudi. Vincent Beaulne  et ses musiciens ont présenté des chansons de leurs cd, en particulier leur deuxième Open All Night,  que je trouve de très bonne qualité.  Pat Loiselle, guitariste harmoniciste accompagnait le band pour une première fois d’après ce que j’ai compris. Les musiciens étaient décontractés et ce fut un bon spectacle pour une ouverture de festival.

Christian Malette a suivi, ce jeune guitariste de 39 ans a joué avec plusieurs  vedettes québécoises et a maintenant son band. J’ai été impressionnée par le dynamisme du groupe et les solos où le leader laisse ses musiciens s’exprimer, en particulier un claviériste et un saxophoniste pleins d’énergie. Malette a une belle présence et une voix harmonieuse, son talent à la guitare est indéniable. Un cd blues rock est annoncé sous peu, nous n’avons eu droit qu’à un morceau qui sera sur cet album ce qui nous donnera, très bientôt espérons-le, l’occasion de le découvrir en profondeur  quand nous reverrons ce groupe à Québec.  J’aimerais aussi beaucoup voir la formule Big Band de Christian Malette. Pour vous tenir au courant de ses activités, essayez Facebook, il semble que ses sites officiels sont en reconstruction.
Carlos Veiga en trio terminait la soirée au Centre Mgr Laval, la salle était pleine, je suis restée pour quelques pièces  et j’ai beaucoup aimé.

Vendredi 23 juillet, une autre belle découverte, Charlie A’Court de Nouvelle Écosse était en scène à 19h. Sympathique jeune musicien dont on sent les influences  folk et/ou soul, il nous a fait aussi de bons blues. Il met beaucoup de senti dans ses interprétations et son batteur l’accompagne back vocals et « back smiles » comme dit si bien A’Court en le présentant. Une partie acoustique a terminé le spectacle,  sa voix harmonieuse et son jeu inventif ont rendu ce set tout aussi intéressant.

À 21h, Pat The White, toujours aussi plein d’énergie nous à présenté son nouveau spectacle  et ses classiques. Sa voix puissante et son jeu de guitare s’expriment  tout en rock suivant ses influences Allman Brothers et savent plaire à plusieurs. André Lavergne ajoute son talent  de guitariste au band.

Samedi le 24 juillet, j’ai vu Route 66 à 17h. Ce groupe que je voyais pour la première fois  fait des classiques du blues et franchement ça fait la job. Je suis toujours partante pour des standards bien joués et bien chantés, ce que Pierre Paquette, le leader du band fait très bien, accompagné d’un 2ème guitariste. Un bassiste et un batteur complètent l’ensemble.

À 19h, Ben Racine Band avait la mission de chauffer les planches pour le clou du festival prévu pour 21h.  En allant saluer Kevin Mark qui est bassiste pour Ben Racine j’ai eu la surprise de voir arriver les talentueux Moose Mousseau, Frankie Thiffault et Lewis Dave que j’apprécie beaucoup et je me suis rendue compte qu’on allait avoir droit à toute une équipe pour ce spectacle. Nicky Estor est  à la batterie et pour compléter, Ben Racine, inconnu  de la plupart des amateurs de Québec  qui a séduit tout le monde sur place. Ce jeune musicien a une belle voix puissante,  un bon jeu de guitare et une sorte d’énergie nerveuse qu’on dirait prête à exploser s’il ne la domptait pas. Généreux avec ses musiciens, il leur a donné toute la latitude pour des solos. La foule était sous le charme et une chaleureuse ovation a salué la fin du spectacle.

Sous le charme, la foule l’est restée pour le reste de la soirée puisque Eddie Cotton et ses musiciens du Mississippi ont fait  une prestation foudroyante qui a jeté tout le monde en bas de sa chaise pour danser sur place.  Fils de  prédicateur, Cotton  est né à Jackson, Mississippi en 1970, son claviériste Chalmers Davis accompagne aussi  Little Richard et son bassiste a la particularité d’être né avec deux doigts seulement à la main droite. Son père était guitariste et lui a donné le goût de la musique, il a appris la basse à l’âge de 14 ans.

Eddie Cotton a mis la foule dans sa poche en la faisant participer et elle en redemandait. Je pense que quand  le musicien est généreux, la foule l’est aussi. Il ne suffit pas à un guitariste de demander à répétition des applaudissements pour ses musiciens. Eddie Cotton est spectaculaire et talentueux et on voit que l’énergie qu’il retire de la foule lui sert à l’offrir en retour. Nous avons vu du beau blues.

Il revenait à Riot and His Rhythm Devils de clore le festival dans la salle. Tout le monde voulait continuer la fête et le groupe n’a pas manqué de satisfaire les gens. Il se faisait vraiment tard quand j’ai finalement décidé de partir dans l’air doux de la nuit. En arrivant à la maison, une énorme averse tombait et c’était bien correct qu’elle ait attendu jusque là pour le faire…

Bravo à toute l’équipe, on voit que l’organisation est bien rodée et bien dirigée, tout roule rondement dans la bonne humeur générale.  Messieurs Gosselin et Morin étaient  très satisfaits du succès de ces 3 jours et déjà la septième édition du festival est annoncée. Pour ce qui est de la programmation de la Grange Marcoux pour l’automne 2010, Richard Gosselin va sonder l’intérêt des amateurs pour une formule différente puisque Sophie ne sera plus aux commandes pour s’occuper de la vente des billets. Il a l’intention d’offrir la saison de blues pour un prix total en pré vente. Quand vous recevrez le  courriel qu’il va envoyer à sa liste d’abonnés, ce sera le temps de montrer votre intérêt. Si vous désirez lui donner votre opinion d’ici là, voici l’adresse courriel: information@lagrangemarcoux.com

PHOTOS

VIDEOS

27 juillet 2010 Posted by | blues, festivals 2010, reportages | , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Show de Rodage de Pat The white Band (Chansons du nouvel album)

On casse les chansons du nouvel album du band pour la première fois avant d’entrer en studio…
venez faire votre tour le 20 mai à 20:30 jusqu’a…….???
10$/personne

Band : Pat The white, guit
dd Lavergne, guit
Marc-André Landy, bass
Vincent Carré, drum

Bar Le Tonneau :

732, rue Saint-Joseph Est, Québec, QC, G1K 3C3
418-525-9337
au Plaisir de vous voir !

17 mai 2010 Posted by | blues, communiqués | , , , , , , | Laisser un commentaire