Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

• Reportage de Christian Lavoie, Big Blues Bender Las vegas 2017 : Tout Simplement Fantastique!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

merci à Christian qui nous fait rêver, sa conjointe Éliane et lui sont des vrais amoureux des voyages et du blues, voici son article sur ce prestigieux festival:

Si l’an dernier le cinquantième anniversaire de naissance de ma conjointe avait servi d’incitation pour assister au BBB, je dois vous avouer que n’avons aucun argument pour justifier notre présence une deuxième année d’affilée à l’événement sinon que nous voulions être bien certain que nous n’avions pas rêvé pendant cinq jours en Septembre dernier…

Il serait très injuste de comparer le BBB avec tout autre festival de blues se tenant sur la terre ferme. Il n’y a que la fameuse croisière (LRBC) qui a lieu deux fois par année qui se compare au BBB par sa programmation et son envergure. Il faut tenir compte du fait que l’idée de présenter un festival dans un casino de Las Vegas est assez originale en partant. TOUS les casinos sont très illuminés et bruyants par leur raison d’être soit de très nombreuses « machines à sous », table de jeux,  restaurants, bars, etc…Mais ce qui pourrait sembler être démotivant pour certains devient un incitatif pour beaucoup d’autres. La preuve ? Cette cinquième édition du BBB était la deuxième de suite présentée à guichet fermé. Et la présence de plusieurs amateurs rencontrés l’an dernier prouve hors de tout doute qu’il est très difficile de ne pas revenir au BBB. Je tiens à préciser que les Canadiens et plus spécifiquement les Québécois y étaient beaucoup plus nombreux que l’an dernier. La présence des Monkey Junk, du Paul Deslauriers band ainsi que Dawn Tyler Watson accompagnée du Ben Racine band n’est certes pas étrangère à cela. Mais il y a encore plus…

Présenté au « Plaza Hotel & Casino » dans la partie centre-ville de Vegas, le festival peut aussi compter sur l’attrait indéniable de la fameuse Freemont Street située à quelques dizaines de mètres du festival. Et pour cette cinquième édition, les organisateurs de l’événement pouvait profiter de l’ajout d’une cinquième scène qui était plus que justifiée si l’on considère la présentation de plus de 90 spectacles en quatre jours. Vous avez bien lu…La scène extérieure située au septième étage de l’établissement est celle qui semble toujours attirer le plus de spectateurs. La piscine ainsi qu’une vue époustouflante sur Freemont St. sont des arguments non négligeables pour celle-ci. Pour ceux qui se le demandent, il n’y a qu’une seule scène donnant directement sur l’aire de jeux du casino donc, pas de cacophonie…Juste du blues, rien que du blues. Se déplacer d’une scène à l’autre ne prend que quelques minutes et demeure une raison de plus pour échanger avec les autres amateurs. L’équipe de travailleurs du BBB vous accueille à chacune de ces scènes avec un sourire omniprésent même si les journées sont presque interminables considérant que les premiers spectacles se déroulent en fin d’avant-midi et se prolongent jusque très, très tard dans la nuit suivante…Et ce, à tous les jours de l’événement.

 

Et ces spectacles? Sont-ils juste nombreux? Je dirais que le travail le plus difficile et cruel de ce festival est d’avoir à choisir parmi tant de qualité et de diversité. Même les « valeurs sûres » doivent être sacrifiées si l’on désire faire la connaissance de nouveaux artistes tellement l’offre est abondante. Nous avons assisté, en entier ou en partie, à plus de trente shows en quatre jours et je vous donne ma parole que les déceptions sont très rares voir nulles. Les « Wow », »Incredible », « Phenomenal » et autres qualificatifs plus que positifs sont entendus à la sortie de chacun des spectacles ou presque…

 

Parmi nos « coups de coeur », je pense qu’il est inutile de mentionner les trois groupes cités plus haut ainsi que ces incroyables « performers » que sont les Mike Zito, Toronzo Cannon, Albert Castiglia, Walter Trout, Rick Estrin, Lil’ ed & Nightcats, Mavis Staples, Danielle Nicole (mon idole), Deenna Bogart, Matt Schofield, Anders Osborne (mon idole masculin), Tab Benoit, Shemekia Copeland, Southern Hospitality, etc…Mais c’est plutôt du côté « coup de foudre  » ou le BBB s’illustre de façon spectaculaire. La découverte des Carolyn Wonderland, Jack Mack, Laith al-Saddi (gagnant a « The voice » et foutu guitariste), Curtis Salgado, qui roule sa bosse depuis longtemps mais que nous n’avions jamais vu « live », Davy Knowles (impeccable), Katy Guillen et Too Slim valait son pesant d’or. Mais la fantastique prestation de Chris Tofield nous a littéralement éblouis. Son interprétation du classique « I’d rather go blind » aura tiré les larmes a plusieurs spectateurs présents. Habitués aux versions de Beth Hart et Etta James, il fallait entendre cette voix masculine très rauque, imbibée de Whisky et de longues nuits sans sommeil, s’époumoner sur la scène. Le tout accompagné d’un solo de guitare style Gary Moore de près de cinq minutes. Un des grands moments du festival qui en inclut pourtant plusieurs….La palme revient cependant au groupe de Memphis appelé « Southern Avenue ». Mené par le guitariste Ori Naftaly, le band interprète une musique « soul » très accrochante, irrésistible. Mais la voix fantastique et la présence scénique absolument sans pareilles de la chanteuse Tierinii Jackson nous a laissés sans voix! Stupéfaits! Jackson possède une énergie absolument sidérante. Pendant plus de 90 minutes elle se démène sans répit laissant croire qu’elle est prête à mourir sur scène pour les spectateurs. De toute ma vie je n’avais jamais assisté à une telle démonstration de passion pour son art. C’est la raison pour laquelle je me suis retrouvé avec le chandail du groupe sur le dos pour la séance de signature…

 

En guise de conclusion, que ce soit au frais à l’intérieur du casino, ou à la chaleur si réconfortante du « pool stage ». En après-midi ou sous les milliers de lumières des soirées Vegas, le BBB est pour l’amateur de blues un événement absolument magique. Depuis mon enfance on me souhaite un « paradis à la fin de tes jours » dont personne ne sait s’il est réel. Moi je vous souhaite le « paradis pendant quatre jours » et lui, il est bien réel. Il se nomme Big Blues Bender. Et même s’il se trouve dans le désert du Nevada, c’est tout sauf un mirage…

13 septembre 2017 - Posted by | blues, communiqués, festivals 2017, reportages | , ,

3 commentaires »

  1. Christian, je te l’ai dit en personne et je te le redis, tu as un talent inné pour nous faire un compte rendu de spectacle.

    J'aime

    Commentaire par Pierre Fournier | 21 septembre 2017 | Réponse

  2. Merci beaucoup pour cette description fabuleuse de l’événement BBB. Je projette d’y aller avec ma soeur et peut-être d’autres amis dans le futur proche. Cela me donne le goût d’y aller sans contredit. Au plaisir et longue vie au Blues!

    J'aime

    Commentaire par Claire Thériault | 21 septembre 2017 | Réponse

  3. Christian, ton compte-rendu me donne à la fois des tonnes de plaisir et de véritables coliques ! Tu as le don de communiquer la magie de l’événement tout en me faisant maudire le fait de ne pas y être allé ! Mais je te trouve juste bien chanceux d’être allé au BBB et j’ai hâte de te revoir pour en discuter plus longuement. Bravo et merci !

    J'aime

    Commentaire par Michel Dubois | 13 septembre 2017 | Réponse


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s