Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

○ Reportage de Christian Lavoie, festival Trois-Rivières en Blues 2015.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


trois rivChristian Lavoie, un ami qui parcourt les routes du blues avec sa conjointe Éliane, tout aussi passionnée que lui, m’a envoyé ses impressions dans un excellent compte-rendu que je vous transmets avec plaisir. Merci, Christian, c’est très apprécié.

Trois-Rivières en blues édition 2015, par Christian Lavoie:

Trois-Rivières en blues édition 2015
Pour une deuxième fin de semaine en ligne nous faisions face à la nouveauté en nous présentant au festival « Trois-Rivières en Blues ». Comme l’équipe du festival blues de Donnacona le weekend précédent (réussite sur toute la ligne en passant) les organisateurs misaient sur un tout nouvel emplacement pour la présentation des spectacles de grande envergure. Après six belles éditions sur les rues Badeau et Hart, l’amphithéâtre Cogeco ouvrait ses portes au blues. Le résultat est tout à fait spectaculaire ! Hallucinant ! Si l’endroit s’est révélé être un peu costaud pour les spectacles de samedi et dimanche après le passage de la bande du Texas le vendredi soir, il faut admettre que tout au long du festival la sonorisation fut irréprochable. Et l’amphithéâtre est d’une beauté étonnante spécialement en soirée sous l’éclairage qui lui aussi s’est avéré superbe. Si la rue Hart est définitivement abandonnée, la scène de la rue Badeau s’est vu réduite en longueur et c’est sur celle-ci que furent présenté les nombreux spectacles acoustiques, gratuits tout au long du weekend….

Comme cité précédemment, ce sont les vieux routiers de « ZZ TOP » qui ont eu l’honneur de tester la nouvelle fierté de Trois-Rivières.En réalité, »Blackberry Smoke » ont réchauffé la place avec un spectacle peu spectaculaire mais honnête constitué surtout de Country aux accents Rock, un brin « Southern ». Billy Gibbons, Dusty Hill et Frank Beard furent tout simplement superbes! Magnifiques! Profitant de cette sonorité tout à fait géniale et d’une scène présentant un montage vidéo très original sans interruption, ils ont fait danser une très imposante foule pendant plus de 90 minutes y allant même de deux rappels, fait plutôt rare pour eux. Ils ont habilement mélangé les titres plus bluesy avec leurs nombreux succès planétaires. Chapeau !
C’est à la toute jeune Angelique Francis que revenait l’honneur de réchauffer le public du samedi.Accompagné du Ben Racine band elle a envouté les quelques centaines de spectateurs par sa voix sublime et son jeu à la contre-basse. Quel talent! Coup de coeur ! Brent Johnson et son band que nous entendions pour la deuxième fois y est allé d’une très belle prestation. Un musicien sous-estimé s’il en est un. Le légendaire groupe « Roomful Of Blues » suivaient et ils ont eux aussi charmé la foule moins imposante que la veille mais très bruyante. Du blues 100 % pur! Un plaisir pour les oreilles et les yeux.
Je dois par contre avouer que le début de la prestation d’Edgar Winter m’est apparue tellement improvisée, moche, que nous sommes partis après trois chansons. Des amateurs rencontrés le lendemain m’ont signalé que la fin du spectacle fut un peu mieux réussie…
Les trois shows du dimanche furent excellents et je cite en particulier ceux de John Németh qui nous présentait son magnifique album « Memphis Grease ». Quelle ambiance magique en particulier sur la très dansante « My baby’s gone ». Inoubliable! Tinsley Ellis que je voyais pour la quatrième occasion m’est apparu plus en forme que jamais. Une performance sans faille du gars d’Atlanta qui y est allé de solos tout à fait sublimes. Nous attendions « Keb Mo » avec impatience et je dois admettre qu’il m’a semblé un peu fatigué, moins souriant et entrainant que lors de son passage à Tremblant il y a quelques années…Tout de même très agréable d’entendre ce grand artiste.

En terminant, même si nous avons manqué quelques spectacles sur la scène acoustique, je tiens à souligner la sonorité tout à fait magnifique de l’endroit et les performances très réussies des Lewis Dave, Pat Loiselle et Anthony Gomes qui a électrisé la foule en ce samedi après-midi. Patrick Lehman (très belle voix) et son superbe guitariste, Jamiah Rogers, le duo incomparable composé de Ben Racine et son saxophoniste Frankie (sublime!), ainsi que notre ami Mo Blues qui y allait d’un brillant hommage à l’illustre B.B. King…

En résumé, une réussite sur toute la ligne pour les nombreux bénévoles et organisateurs. Avec un amphithéâtre d’une telle qualité et un public toujours plus imposant, le festival de blues de Trois-Rivières vient de fixer la barre très haute pour les années à venir et si l’on se fie aux nombreuses rumeurs entendues durant l’été, il deviendra rapidement LA référence dans ce domaine. On a déjà très hâte à l’an prochain.

Christian Lavoie

Publicités

26 août 2015 - Posted by | blues, communiqués, festivals 2015, reportages | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s