Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

♫♪♫ Reportage album, Drew Nelson, The Other Side sorti le 30 juillet 2014.

Indrewnelson1_largefluencé par le rock ‘n’roll et le Chicago Blues, Drew Nelson a commencé à jouer à l’âge de 16 ans. Il a créé son propre groupe, The Drew Nelson Band en 1989, il a fait de la tournée avec Dutch Mason et a partagé la scène avec Stevie Ray Vaughan, BB King, Bo Didley, Buddy Guy  et bien d’autres. Avec une carrière de plus de 30 ans, Drew Nelson est de retour avec un premier album en 8 ans. Le guitariste, chanteur compositeur d’Ottawa avait pris une pause après des années de plus de 200 spectacles se disant fatigué de la route mais le tout a fini par lui manquer et le revoilà en selle pour reprendre l’aventure avec The Other Side. Steve Marriner, le talentueux multi-instrumentiste de Monkey Junk qui, plus jeune, a souvent joué avec Nelson et son groupe était aussi d’avis que le guitariste relance sa carrière et c’est lui-même qui produit l’album.

La mort de son père a marqué un tournant pour Nelson qui a décidé d’aller de l’avant dans ses projets de création. Steve Marriner l’a encouragé à se mettre à la composition et revoir quelques chansons, puis les deux se sont réunis pour écrire ensemble. Ce qui a donné The Other Side qui comprend 11 chansons dont 9 originales. Les reprises sont Seven Days de Bob Dylan et Bird on a Wire de Leonard Cohen.

L’album a plusieurs points forts par la qualité de ses musiciens, Marriner accompagne sur une foule d’instruments allant de la guitare barritone aux claviers. Nelson est excellent à la guitare, sa voix chaude est harmonieuse et une fragilité marque certains passages, alors qu’elle ne se remarque pas sur plusieurs chansons. Matt Sobb de Monkey Junk est à la batterie et aux percussions. Quelques invités s’ajoutent, un violoncelle sur The Other Side la très belle chanson titre, un hommage à son père où l’on sent la tristesse de l’absence et les questionnements sur l’au-delà. Une pedal steel est bien en évidence sur Bird on a Wire, un sax ajoute sa couleur sur Did You Ever? Get It! a un beat rock ‘n’roll dansant, Drifting Away est une belle ballade au rythme folk country aux guitares acoustiques et slide. Valentine est accrocheuse avec ses airs surf. Sur la bluesy Please Come Home l’harmonica et le piano sont au premier plan. The Marrinaires, 3 voix féminines, sont aussi aux accompagnements sur la résolument reggae Stick Around et sur plusieurs titres. Le tout donne un album original très bien rendu, où le son est excellent et où plusieurs compositions se démarquent en particulier Make It Right, Stick Around, One More Chance, Valentine et Get It!
1. Seven Days

2. Make It Right

3. Stick Around

4. Bird On the Wire

5. One More Chance

6. Valentine

7. Drifting Away

8. Please Come Home

9. Did You Ever?

10. Get It!

11. The Other Side

http://www.sarahfrenchpublicity.com/

4 septembre 2014 - Posted by | blues, communiqués, reportages albums | , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s