Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

♫♪♫ Reportage album: Lucky Peterson, The Son of a Bluesman sorti le 17 juin 2014.

LuckyPeterson-pochette-Dans une élégante pochette toute en noir et blanc, accompagnée d’un poster, Lucky Peterson nous présente son nouvel album The Son of a Bluesman. Dans le style qu’on lui connait et qu’il applique en spectacle, Peterson y mélange la musique soul, le funky et le pur blues. Un album qui parle de sa vie, des moments difficiles, de ses influences, avec des titres comme I Can See Clearly Now, Blues in my Blood, I’m Still Here et The Son of a Bluesman et surtout, qui nous fait entendre sa voix magnifique, sa guitare, son jeu aux claviers et son guitariste attitré, Shawn Kellerman. Lucky Peterson est un musicien que j’aime beaucoup. Je l’ai vu à plusieurs reprises et il réussit toujours à me surprendre avec son air fragile qui semble se demander s’il va réussir à nous séduire ou encore nonchalant quand il s’installe sur une chaise au milieu de la foule pour de longs solos blues. Mais je pense que c’est là qu’il se rassure. Oui, entouré de l’énergie de ses fans, il réalise qu’il est reconnu pour son indéniable talent.

The Son of a Bluesman comporte plusieurs chansons originales composées par Peterson ou pour lui. Il a choisi d’interpréter les titres de Gregg A. Smith (Blues in my Blood), Wilson Pickett (Funky Broadway), Bobby Bland (I Pity the Fool) et Dorinda Clarck-Cole (I’m Still Here). Ce dernier titre se répète d’ailleurs avec une chanson écrite par Peterson et son bassiste Tim Waites. Cette dernière est plutôt funk et celle qui termine l’album est un cover gospel où vraiment, Peterson s’exprime avec une ferveur religieuse, accompagné des voix féminines qui soulignent plusieurs chansons de l’album.

Mais venons-en au blues: la chanson d’ouverture, Blues In My Blood, donne le ton à l’album, on y entend un Peterson inspiré et énergique. Avec Nana Jarnell, on a une superbe instrumentale où le chœur féminin ajoute simplement les deux mots du titre à quelques reprises à la fin. Jarnell est le nom de la mère de Lucky Peterson et de la mère de son épouse et il appelait sa grand-mère Nana, il a combiné les deux noms dans le titre. Parlant de son épouse, Tamara Stovall Peterson chante aussi sur une très belle pièce acoustique, Joy. Leur fils Tamaron y fait aussi une apparition en rappant un cameo et leur fille Lucki Azariah Peterson y chante le 2ème couplet. You Lucky Dog est une autre belle instrumentale où l’orgue et la section cuivres s’éclatent alors que sur Boogie-Woogie Blues Joint Party, c’est au tour du piano et de la guitare de nous faire danser dans le salon. I Pity the Fool est un beau mélange de tout cela, piano, guitare et cuivres accompagnent la voix riche de Peterson dans cette reprise de Bobby Blue Bland.

Lucky Peterson a côtoyé les plus grandes légendes du blues depuis qu’il a commencé à jouer dans la boîte de nuit de son père James Peterson à l’âge de 5 ans. Les Buddy Guy, Koko Taylor, Muddy Waters et Junior Wells lui ont montré la voie et il la suit avec bonheur, sa personnalité et son talent sont mis bien en évidence sur The Son of a Bluesman.

http://sixmedia.ca/communiques/lucky-peterson/

26 juin 2014 - Posted by | blues, communiqués, reportages albums | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s