Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

• Reportage Jerome Godboo le 21 février 2014 au centre d’art La Chapelle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après quelques péripéties pour obtenir mes billets média pour le spectacle de Jerome Godboo, le centre d’art La chapelle étant la seule salle à Québec où mes courriels semblent se perdre, et après avoir bravé une espèce de tempête de gadoue, j’ai finalement pu assister à une prestation de Jerome Godboo en trio qui m’a remplie d’une belle énergie blues.

Jerome Godboo est venu nous présenter son plus récent album, Sanctuary City et c’est par cette chanson titre qu’il a ouvert le spectacle. La plupart des pièces de l’album ont fait partie de la liste et il ne faut pas s’attendre à des rythmes blues ressassés. Les rythmes sont modernes et les atmosphères intenses. Depuis ses débuts avec le groupe rock Phantoms dans les années ’90, Godboo en est à 14 albums, Sanctuary City est son onzième album solo et ce dernier cd compte 12 chansons originales.

L’absence d’Eric Schenkman, le guitariste habituel du trio, nous a d’ailleurs permis de faire la connaissance de Conor Gains, un jeune guitariste de 20 ans de Cambridge en Ontario qui, à  mon point de vue, nous a donné une belle démonstration de ce que représente la relève du blues. Il ne cache pas son admiration pour le blues de la côte est du Canada, les Keith Hallett et Garrett Mason sont ses modèles et on a tous remarqué l’influence de Hallett dans le finger picking et la slide sobre et efficace de Gains.

En plus d’accompagner Godboo à la voix, le jeune musicien, qui a son propre groupe, nous a chanté au cours de la soirée 3 chansons de son répertoire d’une voix juste et puissante et ces moments ont ajouté à l’intérêt du spectacle. Le groupe Conor Gains Band doit faire une tournée cet été pour la promotion de son album The Junction Sessions. Conor Gains et Jerome Godboo se sont rencontrés quand Gains avait 14 ans dans un spectacle hommage à Jeff Healey et, pour commémorer ce grand artiste disparu, ils nous ont présenté Angel Eyes de Healey. Et comme le groupe ne compte pas de bassiste, Conor Gains nous a gratifiés de la section basse sur sa belle guitare Silverstone et c’était tout à fait impressionnant sur certaines chansons.

D’autres beaux moments ont été les atmosphères créées par Godboo sur les rythmes de chansons comme The Blues Travel Through Me, Lord Show Me How, She’s Got the Goods et des moments légers comme dans Workshop, cet endroit où les hommes aiment se retirer loin de la vie domestique…jusqu’à ce que la faim les ramènent à la réalité.

Gary Craig était tout sourires à la batterie, il participait totalement à l’action et c’est toujours agréable de voir un musicien démontrer une présence aussi active. Il faisait une visite éclair à Québec avec un aller-retour en avion,  puisque le lendemain il avait un spectacle à Toronto.

Jerome Godboo a une belle présence sur la scène et il ne se gêne pas pour nous ouvrir son coeur en nous parlant des émotions de la vie, l’absence, la douleur et la joie, on sent une âme sensible et généreuse dans le jeu à l’harmonica et dans la communication avec le public qui se poursuit à la pause et après le spectacle quand Godboo et ses musiciens se sont rendus disponibles pour échanger avec les amateurs dans le hall de la chapelle. Un bravo particulier à Conor Gains qui a étudié en immersion française et qui parle un excellent français.

Merci à Pierre Ménard pour ses photos, plus de photos sur flickr.

 

24 février 2014 - Posted by | blues, reportages

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s