Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

♦ reportage festival d’été Eddie Shaw & The Wolf Gang au Petit Impérial le 8 juillet 2013

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vraiment! Chicago a envahi le Petit Impérial le 9 juillet avec la venue d‘Eddie Shaw & The Wolf Gang. Dans ma naïveté, je m’attendais à un spectacle plutôt mollo vu l’âge vénérable de 75 ans du saxophoniste qui a été plus de 30 ans dans le band de Howling Wolf. Aussi,  je pensais que son fils Eddie Vaan Shaw, le fier porteur d’une guitare à 3 manches, n’y serait pas (je réalise que son site n’est pas tout à fait à jour) et  voilà qu’il se présente avec les autres musiciens! La recette commençait se concrétiser pour une soirée pas du tout mollo.

C’est justement le fils qui a fait l’ouverture avec une prestation à la lourde guitare qui ne semble pas du tout l’incommoder  puisqu’il l’a utilisée pratiquement toute la soirée. Cette guitare, comprend une 12 cordes, une 7 et une 6 cordes et Vann Shaw en a usé pour la slide, l’accompagnement et les solos endiablés qui ont ponctué la soirée. Un excellent bassiste, (imposant par sa taille de 6’5″) et un batteur très efficace complètent le groupe.

Après cette intro, Eddie Shaw s’est avancé lentement dans la salle, un peu courbé et marqué par l’âge mais, une fois arrivé sur la scène, il a déplié son imposante stature et il est devenu l’authentique bluesman infatigable qui nous a offert une soirée mémorable. Il combine  sa voix puissante, à laquelle il sait ajouter un doux velours, à son jeu au sax, incisif et éclatant. Jouant souvent sans micro, Shaw se déplace sur scène et, mine de rien, revient vers le micro dédié au sax et lui présente le pavillon de son instrument pour des envolées amplifiées du plus bel effet. Quelle belle énergie blues!

Nous avons entendu des classiques, My Babe, I Got My Mojo Working où tout y était, l’étincelle dans l’œil et le petit swing de la hanche tout à fait jeunot, I Drink Alone ou il invite ses amis Johnny Walker et Jack Daniels, Hoochie Coochie Man, et une magnifique interprétation d’une des chansons préférées de Howling Wolf, Sitting on the Top of the World.

Et, des slows blues magiques. En particulier Going Down Slow et Good Night Sweetheart. Dans le silence de la salle nous avons vu encore plus à quel point Vaan maîtrise la guitare dans un accompagnement  délicat tout en notes douces. Autant ses solos endiablés sont performants et prennent vraiment le lead qu’Eddie lui laisse, autant il sait produire un accompagnement riche et élaboré qui met son père en valeur dans chaque chanson. Un guitariste fascinant qui a aussi son groupe et qui a chanté quelques une de ses compositions.

La soirée a été ponctuée d’applaudissements chaleureux, tout le monde se sentait privilégié d’y être. Le groupe s’en retournait chez-lui, Sweet Home Chicago, et c’est avec tristesse que nous avons dû laisser partir Eddie Shaw, nous chantant Goodnight Sweetheart, Goodnight Quebec City…

Merci à Jean-François Desputeaux pour les photos

9 juillet 2013 - Posted by | blues, festivals 2013, reportages | , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s