Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

♦ reportage festival d’été Rocky Lawrence le 5 juillet 2013 au Petit Impérial.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons savouré un beau moment de blues au Petit Impérial pour la deuxième soirée de la série blues du festival d’été. Rocky Lawrence venait nous présenter son hommage à Robert Johnson. Il est seul sur scène avec sa Gibson modèle Robert Johnson, vêtu d’un costume trois pièces et cravate rayée comme on voit sur une des rares photos du personnage mythique  qu’il représente. Lawrence nous a fait voyager avec les légendes du blues qu’il a connues dans sa carrière et dont certains ont côtoyé Johnson dont la vie s’est arrêtée dramatiquement à l’âge de 27 ans suite à un empoisonnement dont personne ne sait s’il a été causé par un mari jaloux ou par le mauvais whiskey.

Au cours de sa carrière, Rocky Lawrence a joué, entre autres, en compagnie de Robert Junior Lockwood beau-fils de Johnson,  et d’Honeyboy Edwards, un compagnon de route du célèbre guitariste décédé. Lawrence a ponctué son spectacle de citations et anecdotes, décrivant les chansons avant de les interpréter pour nous faire connaître leur origine et aussi leur histoire puisque, des 29 chansons laissées par Johnson, plusieurs ont été interprétées par des musiciens célèbres comme les Rolling Stones et Eric Clapton. Ce dernier a d’ailleurs dédié un cd et dvd à Johnson, dvd où il parle avec admiration de la technique et du talent de son idole.

Nous avons entendu avec bonheur, comme lors de leur création, les versions de plusieurs chansons de Robert Johnson et d’autres légendes, Love in Vain, Me and the Devil, Photograph Blues, It Hurts Me Too, Hoochie Coochie Man. Du Delta blues des origines joué avec talent avec parfois une légère touche de slide. La magnifique simplicité de l’ensemble nous a donné un  moment magique.

Rocky Lawrence nous a aussi présenté plusieurs compositions dont la très belle Katrina que les Allman Brothers ont jouée sur scène avec lui. Going Down the Road of Life, une superbe instrumentale a été un moment fort du spectacle. Une chanson de Noël s’est même ajoutée dont mélodie était tout à fait blues sauf les toutes dernières notes où le traditionnel Gingle Bells s’est discrètement fait entendre.

Le spectacle s’est terminé sous les applaudissement de la foule pendant que Lawrence, tout heureux de l’accueil,  prenait des photos.

merci à Jean François Desputeaux pour les photos

Publicités

6 juillet 2013 - Posted by | blues, festivals 2013, reportages | , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s