Blog de tatieblues

Le blues du Québec, le blues musique!

reportage Ross Neilsen au pub St-Alexandre le 26 avril 2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai beaucoup parlé de Ross Neilsen depuis que je l’ai découvert l’an passé et qu’il est entré dans le petit cercle de mes chouchous. Sa prestation au pub St-Alexandre le 26 avril lui confirme sa place dans mon palmarès alors qu’il débutait la première de ses deux tournées annuelles qui le mènent jusqu’en Colombie Britannique. Son retour, dans 10 semaines, le fera repasser à Québec en juillet pour le volet blues du festival d’été à la Casbah dont la programmation sortira très bientôt.

Comme j’ai déjà décrit les talents d’auteur compositeur de Neilsen ainsi que ses habiletés de guitariste, je vais m’attarder à d’autres détails.

Nous étions 4 fans du groupe à une table heureusement bien située dans ce beau pub anglais qu’est le St-Alexandre et nous nous sommes replongés avec plaisir dans l’ambiance blues « rawk » du Ross Neilsen Band. Une nouveauté, le bassiste de 25 ans, Young Will Pacey. Nous avons suivi les désopilantes péripéties qui l’ont élu parmi une multitude de candidats. À voir sur le site du groupe. Excellent bassiste mais peut-être un peu anxieux au départ, le jeune musicien a acquis plus d’aisance et s’est montré plus souriant et mobile au cours de la soirée et son intégration au style de Neilsen ne fait pas de doute. J’ai déjà hâte de voir ce que l’expérience de la route va avoir ajouté à sa présence sur scène et à son interaction avec les autres membres du trio. Trio complété par Karl Gans à la batterie que tout le monde s’accorde pour trouver, lui aussi, très talentueux et toujours en symbiose musicale.

Nous nous sommes inquiétés de l’absence de la guitare semi acoustique Yamaha de Ross, il a dit qu’il a dû la mettre à la retraite pour cause de grand âge. Son rêve est d’en faire faire une réplique exacte tellement elle lui est chère. J’essaie toujours d’en connaître un peu au sujet des  antécédents des musiciens, Neilsen ne vient pas d’une famille de musiciens mais un ancêtre, Carl Nielsen (le i et le e ont été inversé quand sa famille est venue du Danemark) était un compositeur interprète de renom.  Ross a reçu sa première guitare à 11 ans mais il n’a commencé à jouer vraiment que quelques années plus tard et ses influences sont diverses mais il affirme qu’il n’en serait pas là aujourd’hui sans l’exemple de Morgan Davis à qui il voue une grande admiration.

Voilà pour les quelques informations glanées au cours de cette soirée réussie et absorbante, pleine de moments forts, dont mon préféré, la magnifique Bold & Beaten du cd Redemption  qui, franchement, m’a procuré un beau high musical en fin de spectacle. J’ai redécouvert et d’autant plus apprécié les compositions du groupe live puisque les cd de Neilsen sont parmi ceux que j’écoute le plus souvent.

(Et, petit potin: une fois que vous aurez écouté Ross Neilsen Band: The Great Bass Player Search, sachez que « Lips » attendait à l’hôtel…)

29 avril 2012 - Posted by | blues, reportages | , , , , , , , ,

Un commentaire »

  1. […] reportage Ross Neilsen au pub St-Alexandre le 26 avril 2012 « Blog de tatieblues. Imprimere-mailPartagerFacebookRedditDiggStumbleUponDiaspora […]

    J’aime

    Ping par reportage Ross Neilsen au pub St-Alexandre le 26 avril 2012 « Blog de tatieblues | lacapitaleblogue.com | 29 avril 2012 | Réponse


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :